La vie intime et farfelue de Guillaume

Je me sens vraiment pas au taquet sur les sorties cinés ces temps-ci. Genre, il y a quelques semaines, j’ai vu LE film de l’année (j’avais décrété qu’il l’était avant même de le voir, mais comprenez-moi, je l’attends depuis des mois) : « Les garçons et Guillaume, à table ! ».
Cela fait quelques années que je suis amoureuse de la voix qui dit les romans sur France Inter. Plus tard, j’ai appris que cette voix appartenait à Guillaume Gallienne, sociétaire de la Comédie Française (j’aime beaucoup quand il me dit que « ça peut pas faire de mal ») (bref) (oui, je profite de mon blog pour faire des déclarations d’amour à des célébrités).

Les garçons et Guillaume

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : « Les garçons et Guillaume, à table ! » et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : « Je t’embrasse ma chérie » ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

Je disais donc, « Les garçons et Guillaume, à table ! », meilleur film de l’année. Pourquoi ?

Déjà, parce que c’est quand même pas mal de voir Guillaume jouer dans un vrai film et pas dans Astérix. (Non pas que je critique tes choix cinématographiques, Guillaume, je t’aime quand même.)
Ensuite, parce que Guillaume a beaucoup d’humour. En fait c’est un peu comme si l’essence même de l’humour anglais avait décidé de se réincarner dans le corps d’un petit bourge français (histoire de nous faire un pied de nez). Son humour est fin, délicat, touchant, mais quand même à mourir de rire.
J’ai été touchée par l’ode faite aux femmes en général, à toutes les femmes, à leur beauté, à leurs regards, à leurs gestes, mais surtout l’hommage fait à « Maman Guillaume », parfaitement sublimée.
Ce film, c’est aussi un voyage qui nous mène par le bout du nez, en Espagne, en Angleterre, au Maroc, en Allemagne… pour finalement revenir à son point de départ, son origine. La mère.
Compte tenu de ce que je vois autour de moi, de ce que je connais, et de ce que raconte le film, je conclus qu’il semble bien compliqué d’entretenir une relation parfaitement normale avec ses parents (faites des gosses, qu’ils disent). Comment tu fais quand ta maman elle décide que tu es une fille, que ton papa refuse de voir le côté féminin de son jeune garçon et que tes frères sont convaincus que t’es pédé ?
Limite, en sortant du film, j’ai eue envie de débuter une psychothérapie, rien que pour voir la gueule du psy sur lequel je tomberais (pour rappel je me suis inscrite sur Adopte après avoir vu Chercher le garçon). Surtout que Guillaume, il nous la fait un peu en mode speed dating de la psychanalyse.
Je suis admirative face à autant d’auto-dérision. Guillaume nous invite dans son intimité, dans les coulisses du spectacle. Peut-être qu’il cherche à nous donner la clé, nous montrer qu’il y a une solution, finalement pas si complexe, même s’il faut parfois du temps pour la trouver ? Le premier pas serait peut-être d’admettre qu’on a peur, de définir de quoi on a peur et d’essayer de vaincre cette peur affreuse qui limite trop souvent nos actes ? C’est en tout cas une piste qui nous est proposée.

Les garçons et Guillaume

Petites infos supplémentaires, c’est le premier film de Guigui (oui, je lui ai donné un petit surnom, je me sens plus proche de lui comme ça), adapté de la pièce du même nom qu’il avait écrit et joué il y a plusieurs années, en songeant déjà au film qui en découlerait. Si dans la pièce, il incarnait tous les personnages, ici il n’en garde que deux : son propre rôle et celui de sa mère, qu’aucune actrice ne pouvait égaler, et il se devait donc de faire de son mieux. Fort heureusement, son jeu d’enfant préféré était d’imiter sa maman, c’est un peu comme s’il avait travaillé le rôle toute sa vie.
Le film a d’ores et déjà reçu plusieurs prix, à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes, mais aussi à Deauville et à Sarlat (on applaudit).
Pour découvrir un autre avis sur le film, voici une critique intéressante et personnelle chez Papillotte.

Guillaume Gallienne

Tout ça pour dire que le film sort aujourd’hui au ciné et que je me devais absolument de vous en parler.
J’espère vous avoir donné envie de voir au plus vite !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je parle aussi de...

, , , , , , , ,

2 Responses to La vie intime et farfelue de Guillaume

  1. My Little Discoveries 20 novembre 2013 at 10 h 23 min #

    Je ne savais pas que tu l’avais vu aussi! 😉

    • Easy Maybe 24 novembre 2013 at 15 h 25 min #

      Hello ! Merci pour ton commentaire :)
      Oui, et je songe d’ailleurs à aller le revoir maintenant qu’il est sorti officiellement !
      Bises

Laisser un commentaire