Hommage à un grand homme – Bruno Bouvier


Ce post sera très spécial, il y en aura peu de ce genre sur le blog, vous êtes prévenus.

Aujourd’hui, je tiens à vous parler d’un grand homme. Un grand homme que j’ai connu pour le meilleur et pour le pire. Un grand homme qui s’est éteint il y a une semaine.

Dans la vie, on fait parfois des rencontres qui nous bouleversent au plus profond de nous.

Bruno Bouvier HarryUn jour de septembre, j’ai rencontré un homme qui a changé ma vie pour toujours. Les premiers instants je l’ai pris pour un fou, ce qui n’était pas totalement faux. Il était fou de sa passion, les chevaux. Il ne vivait que pour son sport, le Concours Complet.
Il n’était plus tout jeune quand je l’ai connu, et j’avais l’impression qu’il était sans âge. J’avais le sentiment qu’il avait tout vécu, tout connu, et qu’il serait là pour toujours, inébranlable. On aurait pu dire qu’il était un sage, mais un de ces sages un peu fous, vous voyez. Il avait toujours milles histoires à raconter, de préférence autour d’un bon repas, pour son plaisir et celui de ses auditeurs.

Cet homme était un grand cavalier, un pilier de son domaine, amoureux de compétition, reconnu par tous. Il aimait enseigner, transmettre son savoir. Il traitait ses élèves et ses chevaux « en bon père de famille ». Il prodiguait les meilleurs soins à ses bêtes, et les meilleurs conseils aux jeunes qu’il prenait sous sont aile. Il était protecteur. Mais il était également très exigeant, envers ceux à qui il enseignait comme envers lui-même.

Bruno BouvierC’était un homme de valeurs, qui prônait le travail avant tout, et le travail bien fait. Il savait que tout se mérite. Il nous répétait souvent que personne ne lui avait jamais payé une paire de ski ni une leçon d’équitation, et qu’il avait pourtant su pratiquer ces sports au plus haut niveau, en commençant à travailler très jeune pour se payer du matériel, ou en échangeant des leçons d’équitation contre le curetage de box. Il s’était donné les moyens de vivre ses rêves de compétition sans jamais renoncer, devenant ainsi un exemple de réussite pour tous.
Il s’entourait de gens droits et de confiance, fuyant les autres. Ce n’est que du bon sens mais combien sommes-nous à faire l’erreur d’appliquer le contraire ?

Il aimait vivre, faire des repas conviviaux entouré de ses amis, il aimait travailler ses chevaux et les voir évoluer au plus haut niveau, il aimait sa fille plus que tout et il était tellement fier de la voir sur un cheval. Il aimait profiter de la vie et se le rappelait souvent, savait apprécier le plaisir à travailler dans la fraîcheur d’une belle après-midi de printemps. Certes son humeur variait sous la pluie, mais ça ne durait que le temps d’une averse !
Parfois il y avait de l’orage dans ses propos, il pouvait se révéler extrêmement dur envers ses élèves, mais tout finissait toujours par s’arranger, car il oubliait vite sa colère. Il vivait ainsi, ne s’attardait jamais sur le passé. C’était un homme qui vivait dans le présent, et de là il tirait une énergie inépuisable. L’énergie de travailler sans cesse pour construire le futur, ainsi il avait toujours une longueur d’avance. Il était comme un roc, capable de tout, qui n’avait peur de rien.

Auprès de lui, j’ai beaucoup appris. Sur les chevaux, sur moi-même et sur les autres. Je l’ai connu à un moment de ma vie où je n’avais plus de confiance en moi. J’avais peur. Peur d’échouer. Peur d’essayer. Lui m’a fait confiance. Il m’a toujours poussé, en me montrant la voie, en me répétant que je pouvais y arriver. Je l’entends encore me dire « tu vas y arriver, mon Lapin, tu vas y arriver ». Des mots que je me répète souvent pour ne pas oublier.

Je n’ai plus que quelques mots à te dire « merci Bruno » et les plus durs « au revoir » …

Bruno Bouvier CrossBruno Bouvier, cavalier international de concours complet, est décédé le samedi 2 mars 2013 à l’âge de 60 ans sur l’épreuve du Cross de Barroca d’Alva au Portugal, en vivant sa passion éternelle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je parle aussi de...

, , , , , , , , ,

9 Responses to Hommage à un grand homme – Bruno Bouvier

  1. un monde de toute beauté 8 mars 2013 at 10 h 55 min #

    Tu viens de me faire pleurer au travail… :’ )

    Très bel hommage que tu lui as rendu.

    Et oui, tu vas y arriver Lapin, je n’en doute pas <3

    Prends soin de toi xxx

    • Easy Maybe 13 mars 2013 at 11 h 39 min #

      Yep, maintenant je me sens capable de beaucoup de choses :)
      Comme quoi c’est juste une question de confiance en soi !
      Bises, à très vite.

  2. Gloria - My Pretty Paris 8 mars 2013 at 11 h 29 min #

    Un très bel hommage! Et un article qui vaut le coup d’être lu…
    Bisous Bisous et courage!

    • Easy Maybe 13 mars 2013 at 11 h 38 min #

      Merci Gloria, je publie rarement des articles de ce genre et je me suis vraiment posé la question avant celui-ci, mais c’est ma façon de dire merci avant d’avancer sans lui. Ça me paraissait impossible il y a peu de temps !
      Bises, merci d’être passée sur mon blog.

  3. corine 12 mars 2013 at 22 h 15 min #

    Beaucoup d’authenticité en cet hommage

    • Easy Maybe 13 mars 2013 at 11 h 37 min #

      Merci Corine, effectivement c’est un écrit très personnel sur cet homme qui a marqué ma vie.
      Bises

  4. Odela 14 mars 2013 at 13 h 18 min #

    Saisissant de vérité et d’authenticité, un très bel hommage à Bruno, notre ami commun.
    Il nous manquera toujours ! mais nous nous rappellerons ce qu’il nous enseigné et ainsi il restera toujours à nos côtés.
    bien à vous.

    • Easy Maybe 15 mars 2013 at 9 h 49 min #

      Bonjour Odela,
      oui j’espère me souvenir de ce que j’ai appris à cheval avec lui, mais comme j’ai une mémoire de poisson rouge pour ces choses-là, ce n’est pas garanti !
      Courage,
      à bientôt.

  5. Guitter 3 mai 2013 at 22 h 50 min #

    Merci pour lui. Je l’ai connu au Troubadour, j’avais 16 ans. Il fut un instructeur, un guide, un ami, un père…
    Je pense à Gwenn, à leur fille…
    C’est un magnifique hommage que je partage.

    Sidonie

Laisser un commentaire