Premiers souvenirs d’Algérie

Il y a deux raisons pour lesquelles j’ai envie de revenir sur quelques images que j’ai rapporté d’Algérie.

Tout d’abord, c’est l’article de Mimisatin sur son Maroc, qui a évoqué en moi quelques souvenirs.

La lumière, les animaux partout, chèvres, chevaux, âne qui tire une charrette sur l’autoroute, les couleurs, l’ambiance bruyante des cafés où je n’ai pas toujours le droit de rentrer parce que les femmes ne vont pas au café, les pâtisseries au marché permanent, les produits chinois en vente partout, les regards des gens. J’ai un tas de souvenirs de ce pays, de ce que j’en ai vu (et je suis loin d’avoir tout vu).

Algérie

Algérie

Elles attendent le bus

Algérie

Ils jouent au foot dans la rue

AlgérieLors de mon dernier séjour, j’ai traversé la méditerranée en Ferry. J’ai l’habitude de l’avion, je l’ai pris très souvent. Le bateau aussi, je croyais avoir l’habitude. J’ai très souvent traversé la manche en ferry, un bref voyage d’à peine quelques heures dans mon souvenir. Cette fois-ci, la traversée a été longue. Jusqu’à 36h pour le retour. J’avais pris un billet sans cabine, sans couchette, sans rien (les joies d’être fauchée).Le souvenir le plus fort, c’est l’odeur. Les couloirs bondés, les passagers qui installent au plus vite des matelas sur le sol des couloirs, si bien qu’on a du mal à circuler, qu’il n’y a plus de place pour moi et que la nuit on a peur de réveiller tout le monde en passant.
Ensuite, vient le soleil, qui se reflète sur la mer. Ça cogne, au mois d’août. Je suis rentrée si bronzée qu’on me croyait quand je disais que je venais de là-bas. Il y a aussi la mousse blanche autour du bateau, et le bruit qui ne s’arrête jamais. On ne peut pas y échapper.
Enfin les rencontres, bonnes ou mauvaises. Si je vous disais que, partie sans cabine, j’ai passé ma soirée de l’aller en compagnie des marins, et qu’au retour j’ai été hébergée dans la cabine d’une famille avec qui j’avais sympathisé. Ces voyages ont le mérite d’être pleins d’aventures.

Algérie

Le port d’Oran, la nuit

Algérie

Le port d’Oran, le jour

Algérie

Oran – Wahran

On arrive à la seconde raison qui m’a fait me remémorer. J’ai découvert un film documentaire qu’il me tarde de voir.« La traversée » d’Elisabeth Leuvrey (1h12), sorti en début d’année. Il sera d’ailleurs projeté ce mardi (5 novembre, 20h), au cinéma des Carmes à Orléans.

Chaque été, ils sont nombreux à transiter par la mer entre la France et l’Algérie, entre Marseille et Alger. Des voitures chargées jusqu’au capot… des paquetages de toutes sortes… des hommes chargés de sacs et d’histoires. En mer, nous ne sommes plus en France et pas encore en Algérie, et vice-versa. Depuis le huis-clos singulier du bateau, dans le va-et-vient et la parenthèse du voyage, la traversée replace au cœur du passage ces femmes et ces hommes bringuebalés.

La fête des bédouins, l’été, dans la petite ville d’Aïn Temouchent

AlgérieAlgérieAlgérieAlgérie

 

A la tombée de la nuit, l’entraînement d’un cheval pour la fantasia

AlgérieAlgérieAlgérieAlgérie

Je pense que ce n’est qu’un avant-goût, j’ai déjà envie de renouveler l’expérience de la rétrospective en images.

Algérie

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je parle aussi de...

, , , , , , , , , , , ,

One Response to Premiers souvenirs d’Algérie

  1. Lucie 10 juillet 2014 at 13 h 55 min #

    Des photos qui sortent de l’ordinaire, différentes de celles avec de belles plages que l’on peut voir d’habitude sur les articles de voyage, ça change :)

Laisser un commentaire